Afrique

Les meilleurs safaris au Kenya : le guide essentiel pour planifier votre aventure

Le 27 août 2022 , mis à jour le 28 août 2022
meilleur safari kenya

Le Kenya est la patrie originelle du safari et c’est toujours l’une des meilleures destinations de safari du continent.

Et c’est bien plus que les Big Five : Le patrimoine naturel du Kenya s’étend des plaines herbeuses foulées par les pattes d’un million de gnous aux forêts denses, aux pics des montagnes glaciaires et aux riches récifs coralliens côtiers.

Le pays peut s’enorgueillir d’un impressionnant réseau d’espaces protégés composé de 65 parcs nationaux et réserves ainsi que de dizaines de conservatoires privés et communautaires. Ensemble, ils couvrent une énorme proportion des divers paysages et habitats du Kenya et offrent un foyer à des animaux aussi grands qu’un éléphant et aussi petits qu’une musaraigne d’éléphant.

Certains parcs, comme le Masai Mara et Amboseli, sont à juste titre mondialement connus. D’autres parcs, comme le parc national de Meru ou la réserve forestière de Kakamega, sont à peine visibles sur le circuit des safaris, mais sont tout aussi gratifiants (et beaucoup plus calmes !) que les parcs et réserves de renom.

Le Kenya possède une industrie du tourisme de safari de classe mondiale, avec d’excellents opérateurs de safari pour tous les budgets et un portefeuille varié de lodges et de camps de safari. Tout cela signifie que l’organisation d’un safari au Kenya est beaucoup plus facile que vous ne le pensez.

Prêt à partir ? Voici un guide essentiel des meilleurs (et moins connus) parcs de safari, réserves et conservatoires du Kenya.

Safari njema ! (Bon voyage !)

Les meilleurs safaris du Kenya

Dans un safari standard de deux semaines, il est parfaitement possible – et fortement recommandé – d’explorer trois ou quatre zones protégées différentes. Idéalement, chacune d’entre elles offre un habitat et un ensemble d’habitants de la faune totalement différents.

Vous ne savez pas par où commencer ? Voici un récapitulatif de certains des meilleurs parcs et réserves de safari du Kenya :

Le Masai Mara

Idéal pour : Les safaris de migration au Kenya

L’essence même d’un paysage de safari africain, le Masai Mara s’étend le long de la frontière entre le Kenya et la Tanzanie et forme la frange nord du grand écosystème du Serengeti (dont la majeure partie se trouve en Tanzanie).

Les vastes plaines herbeuses du Mara (comme on l’appelle habituellement) abritent la concentration la plus dense de grands mammifères de la planète.

C’est l’endroit où l’on peut voir de grandes troupes de lions à crinière noire, des éléphants mugissants, des buffles grognons et un mélange d’antilopes et de gazelles. Et ce, avant même d’aborder les plus petites créatures et l’énorme variété d’oiseaux.

Le Mara offre un grand nombre d’options d’hébergement. En fait, avec plus de 300 camps et lodges enregistrés, de nombreux experts en conservation craignent qu’il y ait trop de développement touristique. Les options vont de l’hébergement miteux, basique et bon marché (entre 50 et 150 dollars) à l’hébergement digne des rois, avec un prix correspondant (il n’est pas difficile de trouver des endroits coûtant plus de 1 000 dollars par nuit).

Les meilleurs endroits pour séjourner sont de loin les zones de conservation qui bordent la réserve proprement dite. Ces conservations ont considérablement augmenté la superficie des terres sous une forme ou une autre de protection. Séjourner dans une réserve est incontestablement cher, mais chacun devrait essayer de prévoir quelques nuits dans un camp de réserve.

Parmi les conservancies les plus réputées avec d’excellents camps de safari figurent Mara North, Naboisho, Olare Motorogi et Ol Derikesi.

Parcs nationaux de Tsavo (Est et Ouest)

Idéal pour : un safari d’observation des éléphants et des rhinocéros.

Combinés, les parcs nationaux de Tsavo Est et Ouest couvrent une énorme étendue du Kenya.

À lui seul, Tsavo Ouest (le plus grand des deux parcs) couvre une superficie supérieure à celle du Pays de Galles, ou deux fois et demie celle du parc national de Yellowstone.

À lire aussi :  Quelle période de l'année est idéale pour voyager aux Seychelles ?

Les deux parcs sont séparés l’un de l’autre par l’autoroute Nairobi-Mombasa et sont faciles à atteindre depuis l’une ou l’autre ville.

Bien qu’ils soient directement adjacents, les deux parcs sont radicalement différents l’un de l’autre, les collines vertes de Tsavo Est contrastant nettement avec la terre rouge et les paysages volcaniques de Tsavo Ouest.

La plupart des hébergements sont situés à l’intérieur des deux parcs, bien qu’il existe quelques options moins chères le long de l’autoroute Nairobi-Mombasa. Parmi les camps de safari réputés, citons Finch Hatton’s, Kitani Safari Lodge et Galdessa Camp.

Réserves nationales de Samburu, Buffalo Springs et Shaba

Idéal pour : les safaris à pied sauvages et isolés

Les réserves nationales de Samburu, Buffalo Springs et Shaba sont trois réserves interconnectées à la lisière de la vaste étendue sauvage semi-désertique du nord du Kenya.

Loin de la vie traditionnelle kenyane, ces régions du nord ont une réputation sauvage. Le paysage est rude, avec des plaines sans fin brûlées par le soleil et couvertes d’acacias, d’où émergent parfois des pics montagneux fertiles et densément boisés, des chaînes de montagnes, des plateaux et des bouchons volcaniques.

Les éléphants, en particulier, sont l’événement principal ici. Il y a de grands troupeaux qui ont tendance à migrer sur d’énormes distances à la recherche d’eau.

La majeure partie de l’hébergement se trouve dans la réserve nationale de Samburu et il y a beaucoup de choix. Nous vous recommandons vivement l’Elephant Watch Camp, ainsi que l’Umoja Village Camp, le Kalama Conservancy et le West Gate Conservancy.

Parc national de Meru

Idéal pour : les safaris tranquilles et sans foule

Le parc national oublié du Kenya – Meru était autrefois l’un des parcs les plus populaires du pays.

Mais au cours des années 1980, alors que le Kenya traversait une période politique difficile et que l’instabilité gagnait certaines régions du pays, Meru est devenu un foyer de braconnage.

La sécurité et la stabilité sont depuis longtemps revenues à la fois dans le pays et au Meru, mais pourtant, d’une manière ou d’une autre, ce parc national n’a jamais retrouvé sa gloire d’antan. Mais pour les connaisseurs – et vous en faites partie – le parc national de Meru est l’or des safaris.

Il y a beaucoup de variété dans ce parc, y compris tous les fameux Big Five (bien que trouver un léopard parmi la végétation souvent dense puisse être un véritable défi).

Mais l’animal pour lequel le parc est le plus connu est le buffle. On y trouve un nombre énorme de ces bêtes grincheuses et dangereuses, y compris les plus grands troupeaux de buffles du Kenya. Il y a aussi beaucoup d’antilopes et de zèbres et plus de 300 espèces d’oiseaux.

Il n’y a pas un grand choix d’hébergement dans le parc, mais ce qu’il y a est bon. Si vous disposez d’un budget suffisant, le meilleur choix est le Kopje d’Elsa, le Meru Camp est également recommandé, et pour ceux qui ont un budget plus serré, il existe des options bon marché dans la ville voisine de Maua ou des emplacements de camping de base dans le parc.

Laikipia

Idéal pour : la conservation des safaris de premier ordre

La zone du plateau de Laikipia, au centre du Kenya, est l’un des mots les plus excitants de la conservation africaine.

Les terres fertiles alimentées par les pluies étaient prisées par les colons britanniques qui les considéraient comme des terres de prédilection pour la culture du blé et l’élevage du bétail. La plupart des riches populations d’animaux sauvages de la région ont été lentement éliminées pour faire place à l’agriculture.

Aujourd’hui, cependant, les gens n’apprennent pas seulement à vivre avec la faune sauvage, mais ils l’encouragent activement. Les éleveurs ayant retiré un grand nombre de leurs clôtures et modifié leurs techniques agricoles, le plateau de Laikipia est désormais le véritable cœur du mouvement de conservation de la faune sauvage.

À lire aussi :  Quand partir à zanzibar ?

Il y a de nombreuses réserves ici – certaines peu connues et d’autres mondialement connues (comme Lewa et Ol Pejeta), mais toutes valent la peine que vous y consacriez autant de temps que vous le pouvez.

Laikipia abrite tous les mammifères classiques des safaris d’Afrique de l’Est, mais est surtout connue pour ses rhinocéros, dont le rhinocéros blanc du Nord, gravement menacé.

Toutes les réserves ont leurs propres options d’hébergement et dans presque tous les cas, il s’agit d’établissements haut de gamme qui coûtent plus de plusieurs centaines de dollars US par nuit.

Parc national du lac Nakuru

Idéal pour : safari dans les zones humides et observation des oiseaux

L’un des parcs les plus populaires du Kenya, le parc national du lac Nakuru est centré sur le grand lac sodique de la vallée du Rift, mais il englobe également des prairies marginales, des forêts d’acacias et des escarpements rocheux.

Le parc, qui se trouve à seulement 5 km au sud du centre-ville de Nakuru, est surtout connu pour ses troupeaux parfois immenses de flamants roses et une grande population de rhinocéros.

La taille relativement petite du parc et son accès facile en font un excellent choix pour un safari rapide et pour ceux qui n’ont pas le budget nécessaire pour visiter certains parcs, réserves et conservatoires plus éloignés, plus grands ou plus exclusifs.

Outre les espèces clés que sont le rhinocéros et le flamant rose, on y trouve également de magnifiques girafes de Rothschild (l’une des sous-espèces de girafes les plus rares) ainsi que des tas de babouins, de phacochères, d’hippopotames, de buffles et de diverses antilopes et gazelles.

La plupart des gens séjournent dans un hôtel ou une maison d’hôtes dans la ville de Nakuru et il y a un choix énorme pour tous les budgets. Il est également possible de séjourner dans le parc lui-même. L’option de choix ici est le Mbweha Safari Camp.

Parc national d’Amboseli

Idéal pour : safari à dos d’éléphant et vue sur le Kilimandjaro

Le parc national d’Amboseli est le parc de carte postale du Kenya. C’est là que sont prises ces photos de troupeaux d’éléphants avec en toile de fond les glaciers (qui fondent rapidement !) du Kilimandjaro.

Les éléphants et le paysage sont les points forts de ce parc, mais de nombreux autres animaux sauvages sont attirés par les marécages et les bassins marécageux dans cette région du Kenya qui est par ailleurs très sèche.

Une autre raison importante de visiter Amboseli est la possibilité de voir la conservation en action dans les conservancies et autres projets environnementaux et communautaires entourant le parc.

Amboseli est célèbre pour ses éléphants. En période de sécheresse, ils affluent ici depuis des kilomètres pour se désaltérer dans les marécages et les bassins qui éclaboussent de vert le paysage poussiéreux.

Le meilleur camp de safari est de loin Campi ya Kanzi, dans le Kimana Community Wildlife Sanctuary. Il s’agit d’un camp très haut de gamme géré par des Masaïs, qui a été créé pour aider la communauté locale et les projets de conservation.

À l’intérieur du parc lui-même se trouve le Ol Tukai Lodge, d’un bon rapport qualité-prix mais toujours luxueux.

Parc national de Nairobi

Idéal pour : un safari dans la grande ville

Alors que la plupart des capitales ont leur collection de parcs attrayants remplis de pelouses bien taillées, de vieux arbres, de sentiers sinueux et peut-être d’un lac de navigation, Nairobi est allée encore plus loin.

Son plus grand “parc” est en fait une bande de 117 km² de prairies de savane ondulantes et de forêts d’acacias. Et s’il n’y a pas de lac pour faire du bateau, il y a des lions. Et des buffles. Et des rhinocéros. Tout cela signifie que ce n’est probablement pas un endroit très raisonnable pour une promenade après le travail.

À lire aussi :  Quelle période de l'année est idéale pour voyager aux Seychelles ?

Il s’agit pourtant d’une fabuleuse destination pour les safaris et, bien que le parc soit très apprécié des 4,4 millions d’habitants de la ville (qui se battent à chaque fois qu’un promoteur immobilier propose un projet de construction sur une partie du parc), il est terriblement négligé par les visiteurs du Kenya.

Nairobi possède une incroyable diversité de faune (et une avifaune encore plus diversifiée), y compris tous les Big Five, à l’exception des éléphants.

Les hébergements dans les quartiers huppés de Karen et Langata sont proches de l’entrée principale du parc et les hôtels proches de l’aéroport international Jomo Kenyatta donnent également un excellent accès au parc par la porte Est du parc.

Hors des sentiers battus

Les parcs et réserves couverts ci-dessus ne sont que les plus connus et les plus visités des nombreuses destinations de safari du Kenya.

Pour ceux qui souhaitent explorer plus en détail l’histoire naturelle de cette nation diversifiée, les parcs et réserves suivants méritent tous une visite.

Mais même cette liste est loin d’être complète et pour chaque parc répertorié ici, il existe deux ou trois autres réserves, zones forestières, parcs ou conservatoires qui ont tous quelque chose de spécial à offrir.

Les parcs nationaux du Kenya par rapport aux réserves et conservatoires privés

Les parcs nationaux, les réserves et les conservatoires sont souvent mentionnés dans ce guide, mais quelle est la différence et pourquoi est-ce important ?

Un parc national ou une réserve est une zone protégée gérée par le gouvernement ou le conseil local. La plupart des zones protégées les plus connues du Kenya entrent dans cette catégorie.

Ces zones sont gérées uniquement au profit de la faune et du tourisme, parfois au détriment de la population locale. Le tourisme dans ces zones crée des emplois, mais les habitants locaux n’ont souvent pas le droit de pénétrer dans ces zones protégées autrement que pour des raisons professionnelles et les communautés ont souvent (mais pas toujours) été chassées de leurs terres lors de la création des parcs et réserves. La corruption peut être un problème, l’argent généré par ces parcs n’allant pas toujours là où il devrait aller.

Une conservation est une affaire différente. Une conservation est normalement située soit sur des terres communales appartenant à la communauté dans son ensemble, soit sur des terres de ranchs privés et n’a pas de statut gouvernemental officiel. Dans une réserve communautaire, les acteurs du tourisme (c’est-à-dire les camps de safari) louent les terres aux communautés locales à condition qu’elles soient gérées d’une manière qui profite à la fois aux personnes et aux animaux. Les frais (normalement très élevés) que vous payez pour séjourner dans une réserve servent à payer les frais de location des terres ainsi que divers projets communautaires et environnementaux.

D’autres conservatoires peuvent être situés sur des ranchs privés, auquel cas ils doivent rapporter suffisamment d’argent pour que le propriétaire justifie financièrement le fait de consacrer ses terres à la conservation de la faune plutôt qu’à l’élevage de bétail.

En d’autres termes, une conservation est gérée dans l’intérêt à la fois de la conservation de la vie sauvage, du tourisme et des besoins des communautés locales (dans de nombreux cas, les populations locales sont autorisées à continuer à faire paître leur bétail sur une conservation, mais d’une manière contrôlée et durable).

Tout cela signifie que séjourner dans une réserve n’est pas seulement une excellente expérience de safari, mais aussi une très bonne nouvelle pour la conservation !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.